Reussir son expatriation grace a un coach mobilite

Réussir son expatriation grâce à un accueil personnalisé sur place

Les coachs mobilité Personal Traveler vous accueillent et vous transmettent la passion de leur pays d’adoption !

L’expatriation est une grande aventure pour toute la famille ! Un véritable challenge qui demande de quitter son environnement pour tout réinventer ailleurs : ses points de repères, ses habitudes et construire de nouvelles amitiés. Pour réussir son expatriation, il faut savoir se faire aider.

Qui mieux qu’un expatrié peut vous aider à réussir votre expatriation ?

L’idéal est de pouvoir se faire « coacher » par des personnes bienveillantes qui ont vécu la même chose que vous, dans la même ville que vous. Chaque pays, chaque ville a ses spécificités. Personal Traveler s’appuie sur un réseau de personnes de confiance sur place pour proposer des forfaits d’accompagnement personnalisé à l’installation dans différents pays.

Reussir mon expatriation avec une aide sur place

Un réseau de personnes de confiance et qualifiées à votre écoute 

Les « coachs mobilité » de Personal Traveler sont sélectionnés pour leurs compétences et leur grande connaissance de leur pays d’accueil. Ils ont l’habitude d’accueillir de nouveaux arrivants. Eux aussi ont dû choisir – comme vous – un quartier, une école, une crèche, une nounou… Ils vous accompagneront personnellement et vous simplifieront la vie dès votre voyage de reconnaissance et votre arrivée sur des sujets aussi divers et pratiques que : la recherche de maison, d’hôtels, de voitures, de nounou, les visites d’écoles, les visites de quartiers, les recommandations de médecins/hôpital, etc.

Découvrez les retours d’expérience et conseils de 8 coachs mobilité Personal Traveler aux 4 coins du monde : Abidjan, Bangkok, Bogota, Casablanca, Istanbul, Le Caire, Séoul, Sydney…

Carte de la présence des coachs mobilité Personal Traveler dans le monde

Fleur à Istanbul

Fleur habite à Istanbul depuis 3 ans. Elle est maman de 2 enfants de 8 et 11 ans.

Quelle chance de venir vivre à Istanbul !

Je me suis laissée envoûter par cette ville à la fois byzantine et ottomane. Je dois avouer que la France ne me manque pas vraiment. Et je me régale aujourd’hui de transmettre cette passion à ceux qui nous rendent visite ou qui viennent s’installer.

Mes premières impressions sur Istanbul…

Lorsque je suis arrivée à Istanbul pour la première fois, j’ai été très agréablement surprise par :

  • sa modernité : Métro, Tramway, centres commerciaux…
  • son caractère oriental qui dépayse.

Où habiter à Istanbul ?

Istanbul est immense et le choix du quartier de résidence n’est pas simple :

  • Chaque quartier a ses points forts et ses points faibles. Mieux vaut les connaître avant de choisir pour prendre un bon départ dans la vie stambouliote !
  • Nous avons choisi d’habiter le quartier très central de Cihangir pour sa proximité avec le bureau de mon mari et l’école des enfants. C’est un quartier que j’adore parce que charmant, très bien situé en termes de commodités et proche des sites historiques.

Le choix des écoles à Istanbul

École Française ou école internationale ? Les 2 sont possibles. Nos enfants vont à l’école française (membre de l’AEFE) pour des questions de cursus et de budget (même si elle est sur 2 sites différents selon l’âge des enfants).

Où faire ses courses à Istanbul ?

Ici, on privilégie les petits commerces et la proximité. Je fais mes courses au jour le jour, au pied de chez moi. Et j’opte parfois pour la livraison à domicile. Tellement agréable !

Quelles activités pour le conjoint d’expat à Istanbul ?

Pas facile pour le conjoint d’expat de trouver un travail en local. La barrière de la langue et les restrictions de visas n’aident pas vraiment. Mais on peut tout à fait être freelance et/ou s’impliquer bénévolement dans le milieu associatif.

S'expatrier en toute tranquillité grâce à votre coach mobilité à Istanbul

Isabelle à Abidjan

Isabelle habite à Abidjan depuis 2,5 ans. Elle est maman de 2 enfants de 8 et 5 ans.

Une installation sans souci en Côte d’Ivoire !

Contre toute attente, je me suis rapidement sentie chez moi en Côte d’Ivoire. Mes craintes sur l’hygiène, le paludisme et la santé se sont vite apaisées. Un bon conseil : s’appuyer sur les « anciens » expatriés pour accéder aux informations, contacts et bons plans. D’où l’intérêt évident pour moi de faire appel à un coach mobilité qui permet de faciliter l’installation, d’apporter des conseils et d’orienter vers les bonnes personnes.

Ce que j’aime le plus à Abidjan

C’est bien sûr découvrir ce pays magnifique trop peu connu. Je suis toujours émerveillée par la richesse culturelle de la Côte d’Ivoire. J’aime aussi pouvoir profiter de la chaleur et de la plage toute l’année. J’aime rassurer les nouveaux arrivants et leur transmettre mon amour pour la Côte d’Ivoire, leur faciliter la vie et partager avec eux mes endroits coups de cœurs et mes bons plans.

Les quartiers et les écoles

  • Nous avons choisi d’habiter à Cocody, un quartier résidentiel proche de l’école des enfants. Cela évite à tous les désagréments des embouteillages d’Abidjan.
  • Nos enfants sont au lycée français Blaise Pascal qui va de la maternelle à la terminale. Il est très agréable car il est très vert et propose beaucoup d’activités sportives aux enfants.

Faire ses courses à Abidjan

Cela peut prendre du temps car il faut faire plusieurs magasins pour trouver ce que l’on cherche. Je me rends également auprès des vendeurs de quartiers pour acheter des produits locaux.

Il est tout à fait possible pour le conjoint expatrié de trouver un emploi

Il faut toutefois savoir que certaines professions ne peuvent être exercées par des étrangers (avocat, notaire, médecin, infirmière, sage-femme, …). En revanche, certaines compétences sont très prisées : ingénieurs, techniciens spécialisés, enseignants.

Quelques recommandations pour une installation réussie

  • Coût de la vie : bien s’informer sur le coût de la vie car la vie est chère à Abidjan.
  • Inscription à l’école : remplir rapidement les dossiers d’inscription pour pouvoir choisir un quartier d’habitation à proximité.
  • Pour le reste, pas d’inquiétude « ça va aller » comme disent les ivoiriens !
Réussir son expatriation en Côte d'Ivoire grâce aux conseils des coachs mobilité Personal Traveler

Sophie à Bangkok

Sophie habite à Bangkok depuis 4,5 ans. Elle est maman de 3 enfants de 8, 5 et 2 ans.

Vivre à Bangkok, nous en rêvions depuis si longtemps !

Tout nous attirait ici : la culture, le soleil, la beauté des paysages. Nous nous sommes bien préparés pour un atterrissage en douceur. Ce qui nous a le plus marqué en arrivant : la gentillesse des Thaïlandais, la chaleur humide, le soleil toute l’année et les embouteillages !

Ce qui nous a le plus aidé à nous sentir bien à Bangkok

La rencontre avec d’autres expatriés qui ont eu la gentillesse de nous accueillir et nous guider dans nos premiers pas dans cette nouvelle vie. J’aurais adoré avoir un coach mobilité mais cela n’existait pas.

En tant que coach mobilité, je vous propose de :  

  • Vous aider à trouver une école adaptée à chacun de vos enfants entre écoles internationales et Lycée Français (LFIB). Je connais bien les différentes options, mes enfants ne sont pas tous dans la même école.
  • Vous renseigner sur les différents quartiers, vous aider à trouver un logement et à négocier votre loyer avec un agent immobilier. J’habite dans le quartier d’Ekkamai. C’est un quartier très vivant où résident de nombreux expatriés. Il est aussi très pratique car proche du métro aérien.
  • Vous transmettre ma passion pour la Thaïlande et la ville de Bangkok, mes bonnes adresses, mes coups de cœur, les adresses que je déniche jour après jour.

Quelques info utiles :

  • Faire ses courses à Bangkok : so easy ! Bangkok est le temple du shopping. On trouve tout ici, même des baguettes, du fromage et du saucisson ! Des grandes surfaces proposent de nombreux produits internationaux. Sans oublier les marchés locaux où les marchands comprennent un peu l’anglais.
  • Le travail du conjoint : beaucoup de postes ne peuvent pas être occupés par des étrangers mais il existe tout de même des quotas pour les travailleurs non-thaïs. Il faut bien parler anglais.

Mes coups de cœur dans ma vie en Thaïlande :

  • Les voyages, la culture, les plages de rêves,
  • Le nombre incroyable d’activités à faire (kayak, escalade, trekking etc.),
  • Notre grand appartement,
  • Avoir une aide à domicile pour gérer les tâches domestiques,
  • Les activités pour les enfants.

Quelques recommandations :

  • Attention aux coûts : la scolarité, l’assurance maladie et les hôpitaux privés coutent très chers. Les dépenses pour les courses peuvent vite grimper si on veut garder les standards européens.
  • Entourez-vous des bonnes personnes avant même votre arrivée. Demandez à votre entreprise de vous offrir un pack mobilité Personal Traveler 😉
S'expatrier à Bangkok grâce aux conseils des coachs mobilité Personal Traveler

Stéphane au Caire

Stéphane habite au Caire depuis 13 ans. Elle est maman d’un grand garçon de 21 ans.

Mon arrivée au Caire

Ce qui m’a le plus marqué en arrivant au Caire c’est le gigantisme de la ville avec sa circulation et sa poussière. La gentillesse des Égyptiens aussi, à vouloir m’aider pour tout et rien. Je ne m’attendais pas à ça car j’avais une image assez désuète de l’Égypte et du Caire. 13 ans plus tard, je suis dithyrambique sur ce pays que j’adore. 

Ce qui m’a aidé à me sentir bien au Caire

J’avais peur de la barrière de la langue, la solitude et la différence de culture. Alors j’ai décidé d’aller vers les autres, d’apprendre la langue, de conduire malgré la circulation, d’aller à la rencontre des égyptiens et d’aller vers les associations d’accueil francophones pour garder le lien. Et puis, la France n’est qu’a 4h de vol. 

J’aurais adoré avoir un coach mobilité

Bien sûr mais cela n’existait pas à l’époque. J’aurais aimé pouvoir le contacter avant mon arrivée pour me préparer à cette expatriation, un peu comme une bonne fée qui aurait été là pour m’écouter et m’aider à décoder. Aujourd’hui, je suis heureuse de pouvoir être « cette bonne fée ».

Dans quel quartier habiter au Caire ?

Nous avons habité dans 2 quartiers très différents du Caire : Zamalek, très central mais très pollué et bruyant, et Maadi, plus résidentiel et plus proche du lycée français. Il existe aussi des compounds plus proches des standards européens mais ils ont l’inconvénient de créer une rupture avec la réalité du pays.

Questions fréquentes sur la vie quotidienne :

  • Le travail du conjoint : Il est assez facile pour le conjoint de travailler et on peut avoir de l’aide à la maison. 
  • Les écoles au Caire : J’ai choisi le lycée français pour que mon fils puisse continuer son cursus mais il existe d’autres écoles internationales. Cela dépend aussi du quartier que vous choisissez.
  • Est-ce difficile de faire ses courses ? On trouve beaucoup de choses mais il faut être patient car il est impossible de trouver tout dans un seul lieu. 

Quelques recommandations à ceux qui hésiteraient à s’installer en Egypte

N’écoutez pas les média et les avis de personnes qui ne connaissent pas. Vivre en Égypte est une fabuleuse expérience. Vous voulez arriver dans les meilleures conditions au Caire, et/ou en Egypte ? Contactez Stéphane, qui est coach mobilité au Caire, vous gagnerez un temps précieux et vous n’aurez pas d’autre choix que de réussir votre expatriation !

Réussir son expatriation en Egypte grâce aux conseils des coachs mobilité Personal Traveler

Agathe à Casablanca

Agathe habite à Casablanca depuis plus de 2 ans. Elle est maman de 3 enfants de 18, 16 et 13 ans.

Nous sommes tous tombés sous le charme de la vie à Casablanca !

La douceur de son climat, ses palmiers majestueux, ses couleurs, le bord de mer, ses fleurs, ses étals dans les souks, ses zelliges, la spontanéité des marocains… Contrairement à ce que je pensais au départ, il n’y a pas de problème de sécurité. Y compris pour les femmes. Je me déplace partout sans problème. Et mes adolescents prennent le bus scolaire. Ce qui facilite pas mal les choses aussi, c’est qu’il n’y a pas la barrière de la langue.

Si la vie y est si facile, pourquoi prendre un coach mobilité me direz-vous ?

L’avantage de passer par un coach mobilité est d’obtenir rapidement les réponses à nos interrogations car il a déjà vécu cette arrivée. Être épaulé lors de la phase d’installation, le choix des écoles, le choix du quartier, du type d’habitation, profiter de l’expérience du coach pour appréhender les us et coutumes locales, découvrir sereinement son nouvel environnement.

Le choix des écoles à Casablanca

Nos enfants ont toujours été scolarisés dans le système français puisque c’est notre première expatriation donc nous avons conservé cet enseignement. Mais il y a aussi d’autres options dont je pourrai vous parler.

Dans quel quartier et quel genre de logement habiter à Casablanca ?

Nous habitons une villa avec jardin dans le quartier El Hank, entre Anfa Place et le Phare. Bien qu’en ville, notre rue est calme. Nous avons privilégié la proximité du lieu de scolarisation des enfants et du lieu de travail de mon conjoint (moins de 10 minutes en auto).

Faire ses courses à Casablanca

Il y a des souks, plein de petites échoppes plus ou moins spécialisées et des centres commerciaux avec des grandes surfaces calquées sur les supermarchés européens.

Le travail du conjoint

Les conjoints peuvent trouver du travail facilement mais le niveau des salaires est souvent local.

Quelques bémols  

  • La circulation : à Casa, on ne conduit pas, on pilote !
  • La saleté dans les rues, les détritus au sol, y compris sur les plages.

Quelques recommandations

  • Bien choisir votre quartier en regardant les temps de trajet plutôt que les distances.
  • Rester vigilant dans les rues : on évite d’avoir une grosse somme d’argent sur soi, on limite l’usage du portable dans la rue et on surveille ses effets personnels et son sac à main.
  • Respecter les codes locaux : pas d’alcool à l’extérieur et, pendant le Ramadan, on ne boit ni ne mange en public en journée.
  • Éviter les tenues trop légères : on se couvre les épaules et les genoux aux abords des mosquées.
Réussir son expatriation au Maroc grâce aux conseils des coachs mobilité Personal Traveler

Delphine à Bogota

Delphine habite à Bogota depuis 1,5 an. Elle est maman de 4 enfants de 12, 11, 9, 5 ans.

Mes premières impressions sur Bogota

Ce qui m’a le plus marqué en arrivant à Bogota, c’est l’étendue de la ville et la diversité des quartiers. Et le fait que l’on trouve tout ce dont on a besoin, y compris de très bons médecins. La sécurité aussi est un sujet qui revient beaucoup quand on dit que l’on part s’installer ici. Tout le monde pense « Narcos »… heureusement cette époque est révolue et, si on fait attention, ce n’est pas si dangereux.

L’accueil des nouveaux

J’aime aider les nouveaux expatriés à s’installer et leur transmettre mon émerveillement devant ces milliers de petites choses qu’on ne remarque pas toujours au premier abord. L’avantage d’avoir un coach mobilité est que l’on ne se sent pas gênés de lui poser nos 1000 questions et de lui demander de l’aide.

Où habiter à Bogota ?

Il y a de nombreuses options. Nous avons choisi le quartier du Lycée français car il est important pour moi que les trajets soient simples et que je puisse être à la sortie des classes (et j’en ai toutes les heures !) à la fois pour mes enfants et pour moi. Et par chance, il se trouve que c’est un quartier très agréable où l’on trouve de tout.

Quelle école choisir à Bogota ?

Nous avons choisi de mettre nos enfants au Lycée français pour ne pas les changer à nouveau de système après une expatriation en Angleterre et un retour en France.

Est-ce facile de faire ses courses à Bogota ?

J’avais un peu peur de ne pas réussir à trouver des produits de la vie courante et en fin de compte on trouve vraiment tout sur place. Il y a même un petit corner Monoprix/Casino dans mon supermarché !

L’altitude et le climat sont finalement plus un problème pour moi que la sécurité

Bogota est à 2 600 mètres d’altitude. On est donc très vite fatigués. Le climat y est assez gris et pluvieux mais heureusement il suffit de descendre de la montagne (2 ou 3 heures de voiture) pour retrouver un climat tropical ou faire de magnifiques balades dans la cordillère.

Réussir son expatriation en Colombie grâce aux conseils des coachs mobilité Personal Traveler

Agathe à Séoul

Agathe habite à Séoul depuis 1 an. Elle est maman d’un enfant de 5 ans.

Il faut se donner un peu de temps pour apprécier Séoul !

Cette ville n’est pas la plus facile d’accès au premier abord mais une fois installés, on apprécie énormément la vie à Séoul. L’enjeu est de découvrir et de se recréer un quotidien agréable. La ville de Séoul est immense et regorge de quartiers, de sorties et de balades éparpillés sur des kilomètres.

Ce que j’apprécie le plus à Séoul, c’est :

  • Le ciel bleu presque tous les jours, qu’il fasse -10 degrés ou +35 degrés,
  • La variété et l’intensité des saisons, en particulier l’automne et ses couleurs automnales,
  • La gentillesse des Coréens et leur volonté de nous aider (leur mode de vie est assez proche du nôtre),
  • Les activités à faire pour tous les âges : les musées, la mer à 1h15, la montagne en centre-ville ou dans des parcs protégés, des parcs superbes dans toutes les villes avec des forteresses pour certaines, …
  • La délicieuse cuisine coréenne.

Avoir un coach mobilité en arrivant à Séoul est une chance !

  • Rien n’est en anglais, y compris sur Google car les Coréens ont leur propre moteur de recherche.
  • Des informations indispensables à une bonne installation et un décodage de ce nouvel environnement.
  • Un gain de temps extraordinaire pour s’installer sereinement en profitant de bons plans des anciens.

Dans quel quartier habiter à Séoul ?  

Nous avons choisi d’habiter à Itaewon, le quartier le plus international et le plus animé de Séoul. Toutes les communautés s’y mélangent. De plus, ce quartier est vraiment central à Séoul, ce qui nous permet de bien explorer la ville et d’être à proximité à la fois du bureau de mon mari et de l’école française où va mon fils.

Est-ce difficile de faire ses courses ?

Il m’a fallu plusieurs semaines pour trouver le meilleur endroit pour faire mes courses puis pour trouver les produits un peu exceptionnels mais cela fait partie de l’aventure !

Le travail du conjoint

Certains conjoints trouvent du travail, mais la majorité des conjoints profitent de la vie séoulite, s’occupent des enfants, se lancent dans des activités bénévoles ou des formations.

Petite anecdote à partager 😉

Les Coréens et Coréennes sont très apprêtés et se maquillent beaucoup. Les boutiques de produits de beauté et de maquillage pullulent à chaque coin de rue. Les produits sont excellents et on apprend beaucoup !

Quelques recommandations : 

  • S’installer en Corée demande de quitter son cocon pour aller dans un pays totalement inconnu. C’est une épreuve, l’expérience ne pourra être réussie que si vous en avez envie.
  • Ayez confiance dans les Coréens, ce ne sont ni des arnaqueurs ni des voleurs. Donc oui, vous pouvez signer les papiers administratifs en coréen !
  • Emportez du fromage ! Et n’oubliez pas votre appareil à raclette pour une bonne soirée entre amis 😉
Réussir son expatriation en Corée grâce aux conseils des coachs mobilité Personal Traveler

Françoise à Sydney

Françoise habite à Sidney depuis 2 ans. Elle est maman de 3 enfants 7, 11 et 21 ans.

Welcome to Sydney !

Une ville immense avec une grande variété d’atmosphères selon les quartiers et comme dénominateur commun la nature ! On y adore : la présence de la mer et de la nature, l’efficacité des transports en commun, la multi culturalité, le côté « no stress » des australiens, les vagues et le surf, l’école australienne.

Le choix du quartier :

  • J’habite dans le nord de Sydney, à Crémorne, proche de l’école et à 20 minutes du centre des affaires.
  • C’est un quartier très vert avec parcs, jardins et l’accès aux plages du nord que j’adore.
  • On peut faire le choix de ne pas prendre sa voiture tous les jours.

Dans quelle école aller ?

Nous avons fait le choix de mettre nos enfants à l’école publique australienne pour qu’ils deviennent bilingues, sans avoir pour autant à payer les frais de scolarité d’une école internationale. Il s’avère que le système éducatif australien leur convient très bien et que les écoles australiennes sont très accueillantes.

Faire ses courses

C’est très facile. Le supermarchés sont ouverts tous les jours de la semaine de 7H à 21H. Il y a principalement 2 enseignes : Coles et Woolworth. De plus, il y a de nombreux marchés de producteurs les week-ends.

Travail du conjoint 

Oui tout à fait. A condition d’avoir un niveau d’anglais suffisant.

Quelques recommandations avant de partir : 

  • Préparer avant votre départ vos dossiers pour l’école et les logements. Attention, les loyers sont chers !
  • Ne pas hésiter à se remettre à niveau en anglais.
  • Se faire accompagner par un coach mobilité pour:
    • s’organiser et gagner du temps,
    • se sentir plus vite chez soi,
    • connaître les « petits trucs » pour les enfants (médecins, activités périscolaires) et aussi pour la famille (transports en commun, sécurité sociale australienne…)
Réussir son expatriation en Australie grâce aux conseils des coachs mobilité Personal Traveler

Je suis un bloc de texte, cliquez sur le bouton \ »éditer\ » pour me modifier. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Svp prouvez que vous êtes un humain en sélectionnant L'Avion.